1. Année des langues
  2. Accueil
  3. Actus & Agenda
  4. Actualités

REPORTE Tentez l'interprétation simultanée avec notre cabine d'essai!

Publié le 6 mars 2020 Mis à jour le 31 août 2020

Dans le cadre de l’Année des Langues, des collègues de l'ISTI, de l'EPB, de l'ITC et du service de menuiserie ont collaboré pour créer une Cabine mobile d’interprétation. Cette cabine sera inaugurée le 16 mars au Foyer Culturel dans le cadre du BLC.

Ce projet offre aux étudiantes, étudiants et membres du personnel la possibilité de s’essayer au métier d’interprète plurilingue. La personne qui s’installe dans cette cabine peut choisir une langue, une vidéo et tenter de traduire simultanément cet extrait à l’oral. Via un bouton « on air », il ou elle peut également choisir de diffuser ses efforts à l’extérieur de la cabine. 

Cette expérience est une invitation à tester le métier d’interprète, enseigné à l’ULB à l’École de traduction-interprétation ISTI-Cooremans de la Faculté Lettres, Traduction et Communication, mais aussi à réfléchir à votre propre multilinguisme.

Vous êtes bilingue ? Tentez l’interprétation dans les deux sens, les difficultés sont-elles les mêmes ? Quels registres avez-vous dans vos différentes langues ? Est-il plus facile d’interpréter un discours politique ou un extrait littéraire ? Pourquoi, à votre avis ?

Nous vous proposons une série de vidéos, mais n’hésitez pas à nous contacter pour enrichir l’offre de langues et de registres en enregistrant une vidéo de 2 ou 3 minutes. Votre langue maternelle n’est pas encore proposée et vous aimeriez nous aider à y remédier ? Contactez alors Eleanor Miller à l'adresse eleanor.miller@ulb.ac.be.

Saviez-vous que les procès de Nuremberg, après la 2ième Guerre mondiale, marquent les débuts de l’interprétation telle que nous la connaissons aujourd’hui. Les plus gros employeurs d’interprètes sont actuellement les institutions européennes [1]. Avec 24 langues officielles, 50 réunions par jour et 540 interprètes qui travaillent tous les jours, l’interprétation coûte en moyenne 0,26 € par an et par citoyen.ne. Il s’agit d’un métier largement féminin. En effet, plus de 70% des interprètes sont des femmes. Encore peu comprise d’un point de vue neurologique, l’interprétation simultanée est hautement complexe et active les mêmes zones du cerveau que la prise de décisions, la gestion des fonctions exécutives et l’élaboration de la confiance [2]. Vous verrez que l’expérience vous fatiguera rapidement. D’ailleurs, les interprètes travaillent idéalement par tranches de 20 minutes ou une demi-heure, car cela requiert une concentration redoutable et la mobilisation de différentes ressources cognitives.

Avec la participation de :

Hughes Bouckaert, Laurent Catoire, Patrick Czajkowski, Rudy Ercek, Marc Lebon, Eleanor Miller, Geoffrey Vanbienne

[1]: DG Interprétation de la Commission européenne

[2] : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25037924

Date(s)
le 6 mars 2020
Lieu(x)
Bruxelles