1. Année des langues

L'année des langues - Accueil

L'année des langues: universalité et identités

Chaque année, l’Université choisit un thème fédérateur autour duquel s’organisent des activités. Ainsi, l'année 2019-2020 fut l'Année des langues et l'occasion d'encourager le multilinguisme d'une part et de s'intéresser aux langues autochtones d'autre part. Découvrez la rétrospective de cette année riche en projets et rencontres dans notre Rapport d'activités .

En savoir plus
Renseignez ici votre langue maternelle et contribuez ainsi à notre grande carte des langues parlées à l'ULB! 

Actualités

Retrouvez ici toutes les actualités de l'Année des Langues: universalité et identités 

Toutes nos actualités

" Bruxelles Babeleer ", projet des étudiants du Master en journalisme

August 31, 2020

Projet transmédia qui invite à la découverte du multilinguisme bruxellois.

Un enfant sur deux à Bruxelles vit dans une famille plurilingue

August 21, 2020

Une enquête d’une chercheuse de l’ULB, Perrine Humblet, réalisée à la demande de l’Observatoire de l’enfant révèle qu'un enfant sur deux à Bruxelles (49%) vit dans une famille bilingue ou plurilingue. (Cahiers de l’Observatoire de l’enfant n° 36 – p 17 - 26 septembre 2019)

The 24 EU languages as seen by their speakers

August 21, 2020

Medium asked native speakers of EU languages for their thoughts on their mother tongues and their answers may surprise you.

Vidéo de la conférence: "Langues autochtones: d'un construit colonial au plurilinguisme créatif"

August 21, 2020

Comment imaginer et soutenir les langues autochtones? Cette Tribune de Friederike Lüpke, professeure en African studies, propose la notion de plurilinguisme créatif en offrant des exemples des pratiques langagières adaptatives et résilientes.

Photos de la Rencontre Tandems ULB-VUB, 21/10/19

August 21, 2020

Rencontre Tandem ULB-VUB au foyer

Texte de l'intervention d'Evariste Ntakirutimana: "Défis d'intercompréhension dans les projets Nord Sud", le 24/10/19

August 21, 2020

Le monde entier, plus que par le passé, est déterminé à sauvegarder la diversité linguistique et culturelle pour des raisons humaines et humanitaires évidentes. Cet engagement risque toutefois de brouiller l’intercompréhension dans ce monde qui nous appelle à coopérer pour mieux opérer. Qui dit collaboration, dit compréhension mutuelle, cela va sans dire. Dans une situation de plurilinguisme, le recours à la traduction, en tant qu’outil de communication, est incontournable. Il sied alors de se demander si elle est toujours possible, utile et suffisante. Mon intervention revient sur deux obstacles majeurs qui hantent l’intercompréhension en matière de recherche et de coopération Nord-Sud, à savoir les barrières linguistiques et extralinguistiques. Pour voir le texte entier, suivez le lien ci-dessous.